• Accueil
  • Plan du site
  • Nous contacter
  • Rechercher
  • A-
  • A
  • A+
AMPUIS
Bandeau inférieur

L'aménagement du site du bac à Traille - Phase 2

L’aménagement du site du bac à traille s’inscrit dans une démarche de mise en valeur touristique des abords de la Via Rhôna, et du patrimoine naturel, historique et culturel d’Ampuis que constituent le Rhône, les vignobles de Côte Rôtie, et le bac à traille. Le site de la traille s’insère dans cet axe comme le point fort d’un projet qui s’étend du Château d’Ampuis jusqu’au barrage de Vaugris, soit sur plus d’un kilomètre.


L’aménagement du site du bac à traille s’inscrit dans une démarche de mise en valeur touristique des abords de la Via Rhôna, et du patrimoine naturel, historique et culturel d’Ampuis que constituent le Rhône, les vignobles de Côte Rôtie, et le bac à traille. Le site de la traille s’insère dans cet axe comme le point fort d’un projet qui s’étend du Château d’Ampuis jusqu’au barrage de Vaugris, soit sur plus d’un kilomètre.

Situé au cœur de l’aménagement, le site de la Traille va offrir aux Ampuisaits et aux touristes un lieu central fort, dans un cadre qualitatif et remarquable. Sur la Place de Traille, le kiosque du Passeur proposera un point de restauration et des animations dans un esprit festif et convivial, inspiré des guinguettes d’autre fois. Face à la pile, l’ancien bac retrouve sa place dans le lit du Rhône, relié à la rive par un ponton qui s’avance sur le fleuve, telle une passerelle d’embarquement.

Ce tableau, bien qu’inspiré par le patrimoine historique du site, propose non pas une reconstitution conforme, mais bien une mise en scène esthétique, adressant un clin d’œil à l’Histoire.

En effet, certains choix techniques et esthétiques proposés dans l’aménagement peuvent prêter à confusion dans l’interprétation et la compréhension du fonctionnement du bac à traille, mais ils étaient nécessaires pour créer un aménagement touristique fonctionnel, et conserver un panorama intéressant. Ainsi, les contraintes d’accessibilité du public, liées au risque de crue récurrent, ont dicté le choix de surélever le bac par rapport au niveau naturel moyen du Rhône, donnant l’impression d’un bateau flottant au-dessus du fleuve plutôt que dans ses flots. De même, la traille - ce câble d’acier qui reliait les deux rives du Rhône - se retrouve stylisée et représentée symboliquement par une ligne de béton au sol, comme une ombre projetée, qui rejoint directement le pont du bac, occultant le rôle du traillon qui faisait historiquement le lien entre le bac et sa traille. Enfin, après discussions et échanges entre le maitre d’œuvre et les élus, il a été décidé de positionner la cabine du bac à l’amont de son pont plutôt qu’à l’aval, afin d’ouvrir la vue vers le Sud. En effet, le bac, lorsqu’il était en état de fonctionnement, se positionnait face au courant, et sa cabine se retrouvait donc à l’aval du pont, au Sud. Mais, positionné ainsi dans l’aménagement touristique, l’édifice aurait totalement bouché la visibilité vers le sud et affaibli l’aménagement.

Néanmoins, l’objectif pédagogique de l’aménagement, visant à garantir une restitution exacte du patrimoine, n’est pas perdu ; que les connaisseurs et fins observateurs se rassurent : le projet prévoit la mise en place, sur le ponton, d’un support de communication didactique, qui rétablira l’ordre logique des choses et expliquera en détail la constitution et le fonctionnement du bac et de la traille.