Vivre à Ampuis

Vous êtes ici : > >

Nature

L'Ambroisie

Depuis plusieurs années, une lutte contre l’ambroisie à feuille d’armoise s’est mise en place afin de limiter la progression et la pollinisation de cette plante.

affiche_ambroisie.jpg

Alors comment lutter contre celle-ci qui est particulièrement présente en Rhône Alpes et sur notre territoire ?

Ce que rappellent les arrêtés préfectoraux pris en Isère et dans le Rhône, c’est que chacun peut et doit agir sur les terrains dont il a la jouissance. Pour vous accompagner et suivre les actions mises en place pour cette lutte, chaque commune de Vienne-Condrieu-Agglomération a nommé un réfèrent ambroisie.

Ces réfèrent, aidés de l’expertise de l’agglomération, pourront vous conseiller sur les solutions les plus adaptées à votre situation (terrain en construction, jardin en cours d’aménagement, terrain délaissé...). Ils sont également amenés à surveiller le développement de la plante sur le territoire communal et à prendre en charge les signalements arrivés en mairie (voir encart, une plateforme interactive pour signaler l’ambroisie).

Une plateforme interactive pour signaler l’ambroisie.

Depuis 2014, un outil est disponible pour aider au signalement de l’ambroisie. Développé à partir du travail fourni par Valence Agglo en 2013, il s’agit d’une plateforme interactive destinée à enregistrer et suivre les signalements de la plante. Chaque signalement, fait à partir de l’un des médias déployé pour l’occasion (site internet, application mobile, adresse mail ou numéro de téléphone), sera transmis à la commune concernée qui s’attachera à vérifier le signalement (confusion fréquente avec l’armoise annuelle) et à coordonner les actions de lutte nécessaires.

Rendez-vous sur l’adresse : http://www.signalement-ambroisie.fr

Pour plus d’informations sur le cycle biologique de la plante et plus encore, n’hésitez pas à aller consulter le site de l’Observatoire des ambroisies : www.ambroisie.info. ¨Pour suivre le risque allergique, rendez-vous sur le site du RNSA : http://pollens.fr, http://ambroisie.air-rhonealpes.fr.
 


Les frelons asiatiques

nidLe frelon asiatique poursuit sa progression sur le territoire régional. Outre la problématique liée à sa présence sur les zones urbanisées, il représente une véritable menace pour la biodiversité1 et la santé des abeilles.

Plan de surveillance et de lutte régional  

Un dispositif de surveillance et de lutte, piloté par la FRGDS3, vise à repérer et faire détruire les nids par des entreprises spécialisées avant la sortie des fondatrices (à la fin de l’automne), afin de maintenir la population de frelons asiatiques à un niveau acceptable. 

Deux types de nids peuvent être observés :  

  • Les nids primaires : visibles dès les premiers beaux jours, au printemps, 

  • Les nids secondaires : visibles dès le début de l’été, correspondant à une délocalisation de la colonie qui abandonne le nid primaire, trop petit.  
     

Comment signaler un individu ou un nid ? 

Toute personne suspectant la présence d’un frelon asiatique est invitée à en faire le signalement soit :  

  • Sur la plateforme de signalement en ligne : frelonsasiatiques.fr 

  • En téléchargeant l’application mobile  : « Frelon Asiatique » 
     

2019 : Une baisse du nombre de nid découverts  

Sur l’ensemble de la région Auvergne Rhône-Alpes, le nombre de nids observés en 2019 est de 786 contre 1855 en 2018. 
Dans le Rhône, 44 nids découverts en 2019 contre 49 en 2018 

Les conditions climatiques de l’année semblent avoir été défavorables au prédateur. Malgré tout, le frelon asiatique continue sa progression. 

Frelon asiatique_signalez sa présence

Frelon asiatique_auvergne-rhône-alpes


Les moustiques tigres

Contribuez à la surveillance du moustique tigre en le signalant via le site signalement-moustique.anses.fr

moustique tigreEn signalant la présence d’un moustique tigre, vous participez à sa surveillance et permettez aux autorités sanitaires de mettre en place des mesures de lutte adaptées à sa propagation sur le territoire.

Avant de signaler un moustique tigre, vous devez disposer d’une photographie du moustique ou son état doit permettre une identification (par envoi d’un échantillon à l’opérateur en charge de la démoustication dans votre région).

Une fois cette condition remplie, pour vérifier que vous êtes bien en présence d’un moustique tigre, il vous faudra répondre aux trois questions ci-dessous. Le cas échéant, vous pourrez ajouter votre signalement.

  • Le moustique est-il de petite taille ? Le nom de « moustique tigre » peut en effet facilement induire en erreur. De petite taille, le moustique tigre est plus petit qu’une pièce de 1 centime d’euro (soit moins de 5 millimètre) !

  • Quelle est sa couleur ? Là encore, son nom est trompeur puisque le moustique tigre n’est pas jaune et noir mais bien blanc et noir. Il est également caractérisé par la présence d’une ligne blanche le long de son thorax.

  • Dispose-t-il d’un appareil piqueur ? Pour se nourrir, les moustiques disposent d’un appareil piqueur : un long appendice en prolongement de la tête. Si l’insecte n’a pas d’appareil piqueur, ce n’est donc pas un moustique.

Les recommandations de l’Agence :

  • Pour prévenir sa prolifération

Particulièrement résistant et adapté à l'environnement humain, le moustique tigre se développe préférentiellement dans des environnements péri-urbains ainsi que dans des zones urbaines très denses.

Il prolifère dans toutes sortes de récipients et réservoirs d’eau artificiels : vases, pots, fûts, bidons, rigoles, avaloirs pluviaux, gouttières, terrasses sur plots, vieux pneus ... .

Pour éviter la prolifération de cette espèce, il faut :

  • Détruire les lieux de ponte :

Videz régulièrement ou supprimez les coupelles sous les pots de fleurs, vases… ou remplissez-les de sable afin de conserver l’humidité sans qu’il y ait d’eau stagnante ;
Videz puis retournez, ou mettez à l’abri de la pluie les seaux, le matériel de jardin, et les récipients divers ;
Recouvrez les bidons de récupération d’eau à l’aide d’un filet moustiquaire ou de tissu ;
Introduisez des poissons dans les bassins d’agrément : ils mangeront les larves de moustiques.

  • Éliminer les lieux de repos du moustique :

Le moustique tigre se repose principalement dans la végétation. Entretenir son jardin, élaguer les arbres, débroussailler les haies et les herbes hautes, éviter le stockage de débris végétaux permettent de limiter les lieux de repos du moustique tigre.

  • Pour se protéger des piqûres :

► Portez des vêtements longs, amples et clairs ; 
► Utilisez des répulsifs cutanés en suivant les précautions d’emploi indiquées. Pour plus d’informations, vous pouvez également demander conseil à votre pharmacien ou à votre médecin ;
► Utilisez des moustiquaires.

Source : site du gouvernement_anses


Énergie renouvelable
 

affiche_a4_cadastre-solaire_octobre2020.jpg

https://vienne-condrieu-agglomeration.insunwetrust.solar/

A voir aussi ...